Druide

De Telarapedia
Aller à : navigation, rechercher
Druide
Druide
Soin et DPS
Vocation: Clerc
Stat Principale: Esprit
Armure: Maille
Armes: Masse & Masse à 2 mains
Arbre: Ses sorts


Les Druides sont des Clercs spécialisés dans le combat au corps à corps qui tissent des liens avec les Fées, puisant les énergies magiques de ces dernières pour renforcer leur corps, leur intelligence et leur esprit.[1]

Points forts[modifier | modifier le wikicode]

Alors que les frêles Mages poussent leurs serviteurs à se battre pour eux, les puissants Druides puisent dans la force des Fées avec lesquelles ils développent des affinités particulières, avant d'aller affronter leurs ennemis. Ce sont d'impressionnants combattants qui utilisent davantage leurs familiers en tant que canaux ou de source de puissance que d'attaquants.

Points faibles[modifier | modifier le wikicode]

Le lien qui unit un Druide à sa Fée est à la fois la clé de sa puissance mais est aussi sa plus grande faiblesse. Détruire le familier du Druide réduit considérablement sa vaillance et son endurance.

Histoire d'une druide[modifier | modifier le wikicode]

Les rues désertes et embrumées du village de pêcheurs étaient silencieuses. Soudain un chant joyeux résonna, présence étrange autant qu'insolite dans l'atmosphère de terreur qui étouffait cette ville isolée, alors que des adorateurs sans visage se déplaçaient furtivement parmi les huttes. Une petite silhouette émergea du brouillard, se jetant presque dans les bras du terrifiant prêtre d'Akylios. Elle leva ses grands yeux vers lui et déglutit, bruyamment.

« Qui êtes-vous, mon enfant ? », dit-il d'une voix mielleuse.

« Je ne suis pas une enfant, » dit Asphodel la Naine, Clerc de Tavril, « et j'ai n'ai pas l'impression que vous soyez quelqu'un en qui on puisse avoir réellement confiance. »

« Vous avez tout à fait raison, » lui dit le Seigneur des Marées en la toisant, « vous avez l'odeur de quelqu'un d'innocent et de pur, celle de la parfaite offrande. » Et l'Abyssal commença à réciter le rituel de lien.

« Taisez-vous ! », ordonna Asphodel, et aussitôt, une floraison printanière remplit la bouche du Seigneur des Marées.

Recrachant les fleurs avec colère, il fit signe à ses serviteurs d'attaquer. Les Profonds glissèrent hors de l'eau pour plonger sur elle, toutes griffes dehors.

Murmurant une prière, Asphodel leva une imposante trique tout en marmonant une prière, et des éclats de pierre jaillirent du bois. Elle sauta joyeusement au milieu des hommes-crabes, faisant tournoyer l'arme avec une force sans commune mesure avec sa taille. La place du marché abandonnée fut bientôt jonchée de griffes et de morceaux de carapace, et en dépit des sérieuses blessures infligées par les Profonds, la Naine semblait être instantanément soignée par une pluie de pétales.

Le Seigneur des Marées cracha la dernière fleur tout en réalisant ce qui se passait. « Une Fée ! » cria-t-il.

En effet, un esprit minuscule flottait légèrement en retrait de la Naine, canalisant sa puissance vers elle alors qu'elle était en train d'administrer une raclée aux Profonds. Le Seigneur des Marées sourit méchamment : les serviteurs planaires étaient sa spécialité. Un trait sombre vola de sa main et frappa la petite Fée.

« Dianthe, non ! », cria Asphodel, qui arracha son bâton des entrailles du dernier des hommes-crabes et courut aider son amie.

« C'en est fini de vos petits tours, fillette ! Akylios lui-même m'a enseigné les arts profanes sur une île entourée d'un océan de larmes ! Il enroulera votre chair autour de son petit doigt comme un fil de laine sur un rouet ! Je transformerai vos organes en… en... ah non... », et d'un geste, Asphodel fit littéralement tomber de sommeil le Seigneur des Marées.

Elle examina son amie blessée. « Je pense que nous allons avoir besoin de l'aide de Lykon. » La Fée approuva de la tête avant de s'éloigner en voletant.

Quelques instants plus tard, tout en se relevant, le Seigneur des Marées dit dans un bâillement : « Je vous avais sous-estimée. Mais quelles forces vous ont donc permis de plier le peuple des Fées à votre volonté ? » Il serra le poing et la magie perverse d'Akylios s'enroula autour de ses bras alors qu'il lui ordonnait de remplir les poumons d'Asphodel d'eau salée.

Toussant et étouffant, elle ne lâcha cependant pas le prêtre maléfique du regard. « C'est ce qui ne va pas chez vos dragons. Ils pensent que tout devrait être détruit, corrompu ou contrôlé. J'ai prié pour que nous ne soyons pas seuls dans l'univers, pour que… pour qu'il y ait des esprits bénéfiques qui puissent être mes amis. »

Derrière le Seigneur des Marées apparurent des pieds fourchus, brisant les pavés et faisant éclore des plantes dans leur sillage. L'Abyssal se retourna juste à temps pour voir un Satyre en armure se précipiter sur lui, sa hache prête à s'abattre, son souffle chaud écartant les volutes de brouillard.

« Et mes amis sont les ennemis de mes ennemis… »

« Le cosmos est peuplé de gens, d'esprits et d'animaux. Les dragons en ont corrompu beaucoup mais tous ceux que vous rencontrerez ne seront pas nécessairement des ennemis. Si votre cœur est ouvert et que vous avez de la patience, vous pouvez encore vous faire des amis, même dans les Plans. Vous ne serez alors plus seul pour faire face aux monstres maléfiques. »

Images[modifier | modifier le wikicode]

Druide 1.jpg
Druide 2.jpg



Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Page du site officiel sur le druide - Riftgame.com